Abîmes des sens tourmentés

Dans la folie du temps

Des hommes puissants

Dans leurs grandeurs d’argent

 

Sur le seuil de destruction

Rien n’est plus important

Que le sang versé

Par nos larmes épeurées

 

Sur le délire insensé

D’une aliénation généralisée

Le monde tue lentement la vie

Jusque dans son agonie

 

Lucidité des sages

Sur la page des livres d’histoire

Inscrivent leurs messages

Pour sauver l’humanité du désespoir

 

Naïveté volontaire des souverains

Sur la destinée des terriens

Assis sur l’échiquier d’un jeu menaçant

Jusqu’à la mort des braves gens

 

Jouant avec les sciences occultes

Dans la balance de lois instaurées

Sur la fragilité des cultes

Nous emprisonne comme des damnés

 

Pauvre nature désarmée

Dans les guerres provoquées

Où des âmes assassinées errent

Sur leurs tombes recouvertes de terres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Civilisation meurtrière contaminée

Par la gangrène des ambitions

Sur des actes belliqueux pollués

Sur le destin macabre des conspirations

 

Tu es rebelle dans ta perdition

Mais l’amour est un sentiment

Noble puissant et céleste

Par lequel tu dois vaincre cette peste

 

Redresse toi dans tes pleurs

Pour donner une source de lumière

Et suit le chemin du bonheur

Et oublie tes mauvaises guerres

 

Offre le partage serein

De l affection à ton prochain

Pour que l’arche humaine

Vive dans l’éternité sans haine

 

Oublie les mauvaises pensées

Evolue dans la beauté

Et crois en l’amour

Seul espoir à ce jour

 

Instaurer une paix

Au nom du respect

Sauver la terre

Des catastrophes amères

 

Pour seul philosophie échangée

Pour toute souffrance

La joie d’une belle enfance

 

Et le bonheur d’une fraternité