La sève de ses fleurs fragiles

            Coule dans les sols humides

Pour faire grandir de cet amour

Les coquelicots tendres et fébriles

 

Ton baiser rouge sur les blés d’or

Où le soleil luit sur ta danse

Vient charmer le vert intense

Sous le souffle d’un vent du nord

 

Tes pétales s’envolent dans les airs

Au dessus des champs dans la lumière

Et font éclater tes couleurs rosées

Sur le regard d’un horizon ensoleillé

 

Sous le reflet de la lune elles semblent rêver

Porté par les alizés dans les soirs d’été

Elles ondulent dans un paysage doré d’étoiles

Parsemé sur l’azur comme une toile

 

Joli coquelicot de nos campagnes empourprées

D’un rouge vermillon magique

Tu apportes ta féerie unique

Sur les couleurs pastels de nos près

 

Le soleil couchant berce doucement

Ta fleur sauvage transparente de beauté

Et ses rayons jaunes orangés viennent docilement

Caresser le velours de tes ailes joliment colorié

 

Tu es la douceur féminine

Le pavot des rêves étranges

Teintée de simplicité masculine

Propageant sa lumière d’ange

 

La splendeur de ta vie si courte

Sur les songes des poètes à l’écoute

Des mots qui s’inscrivent sur le marbre

Du rouge de tes pétales mourant sous les arbres

 

Et renaître dans la lumière

D’un tableau peint

Sur la passion d’un pinceau fin

De l’artiste amoureux qui te vénère