Sentir les effluves d’un parfum de vie

Sur son corps bouillonnant de soleil

Dans l’orage d’une existence éternelle

Sur le destin mortel de nos envies

 

Spectacle ardent de nos ages vacillants

Rêverie mystérieuse de nos âmes

Folie innocente sur nos cœurs aimants

Dans le vertige de nos larmes

  

Nous sommes la semence de la terre

Remplie de feu et de sang

Humanité fragile comme du verre

Sur la destinée des sentiments

 

Perdue dans l’univers étoilé

Mêlant la joie et la douleur

Sur la surface de nos os brûlés

Par le temps et nos pleurs

 

 Beauté bleue du monde

S’écoule dans nos artères profondes

Enracinée dans nos corps

Dans la survivance de son essor

 

Individus riches de conscience

De l’attachement d’un paradis

Unique dans notre galaxie

Universelle splendeur de coexistence

 

Dans un havre de paix

Notre planète tourne dans le vide

Suspendue dans une immensité lumineuse

Autour d’un éternel soleil amoureux

 

Nous sommes la terre de nos campagnes

Les arbres, les mers et les montagnes,

En eux nous sommes l’éternité

 

Où l’existence se projette dans toute sa beauté