Oh ma princesse, tu nous as quitté

Au mois d’août dans ta deuxième année

Tu étais belle comme une déesse

Tu étais notre petite Francette

 

Les années ont passé

Mais jamais je ne t’oublierai

Avec tes beaux cheveux d’ange

Un regard doux et étrange

 

Ton épreuve au mal intense

Ta peur si peu partagée

Dans ton cœur fragilisé

Par la maladie en récompense

 

La souffrance et ta douleur

Amertume et stupeur

De ta petite vie de sœur

Tu es partie chez ton créateur

 

Au fond de ma mémoire

Reste les sentiments heureux

De ton sourire sublimatoire

Et ton délicat amour gracieux

 

Vêtue de blanc, tu te reposais

Ornée d’une couronne de fleurs,

Allongée, tu dormais en paix

Et nous étions dans nos pleurs

 

Tu fais partie de ma vie

La trace de ton passé

Ta présence te survit

 

Au fond de mon âme à jamais