Les arbres déchirent la terre noire

Et s’élancent vers le ciel bleu nuageux

Leurs feuillages verts recouvrent son territoire

Dans des parfums de chlorophylle mystérieux

 

Les chênes centenaires rois embrassant

Les hêtres, les charmes et les frênes

Par le mélange de leurs branches homogènes

Permettant au vent de s’infiltrer en les balançant

 

Les flots de lumières illuminent les clairières

Au travers des ses larges futaies noueuses

Qui offrent leurs baies et fruits généreux 

Au bord des ruisseaux sauvages aux teints clairs

 

Les sentiers feuillus couverts de noisetiers

Traversent la densité du bois vers l’inconnue

Ornés de magnifiques merisiers

Où les oiseaux chantent des airs ingénus

 

Les fleurs blanches et bleues soulèvent les feuilles mortes empilées

Et se dressent majestueuses sur un sol doux et soyeux

Elles dansent à côté des champignons aux éclats délicieux

Où les faines et les glands viennent se déposer par milliers

 

Les sommets des arbres sont noyés dans les rayons du soleil

Qui alimentent leurs sèves de la vie du ciel

Et les font grandir en toute sérénité

Dans une beauté surnaturelle glissant sur l’éternité

 

La profondeur de sa romance berce les amoureux

Dans une sérénade de douceur et de bien être

Où les senteurs viennent nous enivrer d’un bonheur affectueux

Et se déposer au plus profond de nous même

 

La mousse sur les troncs qui pousse au nord

Protège les racines des arbres de l’invasion des fourmis

Qui œuvrent inlassablement jour et nuit

Pour préserver sa colonie d’insectes de la mort

 

Le sol mouillé par les nappes phréatiques

Agrémente les riches tourbes d’humus

Et fait éclore ses plantes odoriférantes et exotiques

Qui embellissent le paysage par ses belles vertus

 

Les animaux laissent leurs empreintes dans la terre

Protégées par la vaste pinède pour se cacher de leurs accouplements

Qui se manifestent dans l’aube de la nuit omniprésente

Et fuient l’humanité dans des cris portés par les airs

 

Les mystères de la lune viennent chanter ses légendes

Dans la pénombre des arbres devenus des ombres

Où les étoiles nous montrent le chemin sans encombre

Et nous guident vers la lisière aux reflets dorés comme offrande

 

Tu es la belle forêt sur nos plaines

Qui couvre de sa généreuse verdure

La vie qui depuis la naissance de la terre

Nous donne ses essences comme des diamants purs

 

Les grandes étendues boisées formant les forêts

Comme des vagues vertes sur l’horizon

Nourrissent les terres de ses bienfaits

Dans les couleurs de chaque saison

 

La diversité des végétaux se mélange adroitement

Dans une biologie organique vivante

Que le temps permet de conserver habilement

 

Dans des aquarelles attendrissantes