Dans le petit port de Sanary en fleur

Sous la fraîcheur des palmiers

Au pied de la belle méditerranée

Les passants s’enivrent de bonheur

 

Charmant havre de tranquillité

Aux rues étroites et coloriées

Sur le sein de ses rochers dormants

Aux odeurs de lavande et de poissons

 

La musique des cigales nous enchante

Et envoûte le ciel bleu de la Provence 

Dans un éternel chant amoureux

Qui glisse sur la garrigue mystérieuse

 

Le scintillement de la mer en reflet

Sur la coque des bateaux arrimés

Chuchote sa poésie aux marins

Qui partent vers un horizon lointain

 

Et reviennent vainqueurs

La paix de l’âme au cœur

D’une pêche audacieuse

Pour une vente à la criée joyeuse

 

Les fontaines sur les abords des places

Où jaillissent les eaux en cascade

Dans leurs vivacités tenaces

Attirent les vacanciers en promenade

 

Douceur accrochée aux rythmes de la vie

Dans l’extase de ses esplanades animées

Qui enchantent Sanary par sa féerie

 

Aux arômes parfumés d’un bel été